Comment se fait la pose d’un implant fessier ?

L’implant fessier éveille la curiosité et suscite le désir de nombreuses femmes désireuses d’avoir des fesses plus généreuses, mais fermes. Mais avant de prendre une décision aussi importante, il est préférable de mieux connaître ce dont il est question.

L’implant fessier, qu’est-ce donc ?

Prothèse fessière ou implant fessier désignent le même concept. Il s’agit de dispositifs esthétiques qu’un chirurgien insère au niveau des fesses pour les rendre galbées. Les Brésiliennes étaient les premières à avoir franchi le cap. De nos jours, la pratique des implants fessiers se démocratise un peu partout, y compris en France et aux Etats-Unis. L’opération consiste en résumé à augmenter la taille et le volume des fessiers.

A ce propos, les patientes ont la possibilité de choisir elles-mêmes le résultat sur elles en feuilletant les catalogues proposées par le chirurgien. Ensuite, le médecin les conseille sur les implants adaptés selon leur morphologie de base. En effet, l’objectif étant de rendre le tout harmonieux et le plus naturel possible. Aujourd’hui, l’implant fessier est la technique médicale la plus appréciée en raison de son efficacité et de sa rapidité de cicatrisation. On n’aura donc pus à passer des mois en salle de sport pour se muscler les fessiers et espérer un résultat probant.

L’opération, comment se déroule la pose des implants ?

La pose des prothèses fessières nécessite d’être sous anesthésie. Durant l’opération, le médecin introduit des prothèses contenant du gel de silicone. La taille et la forme des prothèses sont déterminées par le personnel médical chargé de l’intervention. L’atout certain de cette opération est qu’elle ne laisse aucune trace de cicatrice visible, contrairement aux autres interventions esthétiques classiques.

Mais avant de passer à l’opération à proprement parler, le médecin enquête sur la santé de la patiente. Il doit donc connaître toutes les faiblesses sur le plan de la santé de sa clientèle. Il s’enquerra aussi des informations utiles sur son âge, ses antécédents médicaux, ou sur les traitements médicaux en cours. Deux semaines de repos sont nécessaires avant de procéder à l’intervention. C’est le temps idéal pour la patiente pour prendre sa décision définitive.

Pour ce qui est de la pose, elle ne dure que deux petites heures en moyenne. La patiente restera en milieu médical durant 48 heures avant son intervention. Ensuite, il lui faudra une convalescence d’un mois pour guérir totalement. Pendant les 15 premiers jours postopératoires, elle devra aussi éviter de dormir sur le dos. Elle s’allongera donc uniquement sur le ventre. Par ailleurs, le chirurgien prescrira des médicaments pour assurer la cicatrisation. Enfin, elle évitera de faire du sport pendant les 4 semaines suivant son opération.

L’intervention, quels risques et quels avantages ?

Pour avoir du volume au niveau des fesses, on peut bien sûr compter sur les exercices physiques, coaché par un entraineur sportif. Seulement, les résultats mettront du temps à prendre forme, et très souvent ils ne sont pas à la hauteur des attentes. Il arrive qu’effectivement au lieu de ne prendre que des fesses, l’on gagne également du muscle au niveau des cuisses. Or, avec la mise en place d’un implant fessier, il n’y aura que les fesses qui gagneront en volume. Il faut savoir que le taux de réussite d’une telle opération est de 99%. Les risques sont minimes parfois même inexistants à condition bien entendu de bien se conformer aux consignes du médecin après l’opération. Par ailleurs, il convient de souligner que les cliniques qui proposent les prestations de qualité garantissent les implants jusqu’à 10 ans. Il convient donc de bien choisir son chirurgien pour ne pas être déçue.

local_offerevent_note octobre 8, 2019

account_box Anya