Plan professionnel en milieu de carrière

Comment se reconvertir sur le plan professionnel en milieu de carrière ?

A 40 ans et plus, se reconvertir relève souvent d’un parcours de combattant. En effet, avec les salaires réduits, la quête de travail de plus en plus difficile, vous perdez votre cote sur le marché de l’emploi. Mais vous ne manquez pas de compétences et d’atouts et vous le savez bien. Certes, le taux de chômage est à la hausse, mais vous souhaitez obtenir un nouvel emploi alors comment faire ?

Changer de métier à 40 ans, c’est le parcours du combattant

Changer d’emploi lorsqu’on a plus de 40 ans est un vrai défi. C’est pourquoi de nombreuses personnes sont hésitantes à vouloir prendre cette initiative. Vous n’êtes pas au carrefour de votre vie et vous souhaitez changer de métier ? Cependant, les ressources requises pour atteindre votre objectif ne sont pas à portée de main. Si vous êtes dans cette situation, sachez que cet article vous guidera pour votre reconversion professionnelle.

Une étude de Right Management a démontré que 50% des personnes de ce groupe d’âge ressentent la nécessité de se tourner vers une autre profession. Ainsi, de nombreux éléments incitent les personnes à changer de travail à 40 ans.

Il y a des raisons évidentes pour lesquelles les personnes changent de métier à cet âge. La première concerne les problèmes rencontrés sur le lieu de travail. Parfois des horaires impossibles, un patron très sévère, le harcèlement ou un changement de structuration au sein de votre entreprise qui donne l’opportunité rêvée de changer de travail. Quel que soit votre âge, vous pouvez changer de travail après avoir connu de telles situations.

Mais une question se pose. Certes vous avez des raisons valables de changer de métier, mais qu’est-ce qui confirme que votre décision est la meilleure ? La meilleure manière de le savoir est bien sûr de prendre connaissance du marché de l’emploi.

En effet, une reconversion professionnelle à cet âge est toujours bien accueillie dans le marché du travail. Une analyse a prouvé que 17 employeurs sur 20 considèrent que cela est un avantage. Ils sont ravis de l’expérience professionnelle dans un domaine dont dispose le concerné.

Notons que le marché du travail est de plus en plus en pleine évolution. La reconversion professionnelle à l’âge de 40 ans fournit généralement des résultats positifs. Elle représente une chance pour les personnes qui rêvent de faire ce qu’ils n’ont jamais réalisé.

Je suis commerçant, le plus simple est la déspécialisation du bail commercial avec mon bailleur

Les activités pouvant être exercées dans le local sont mentionnées au cours de la signature du contrat de bail. Le locataire ne peut changer d’activité commerciale sans l’autorisation du bailleur. Mais un processus de déspécialisation du bail commercial donne la possibilité au locataire d’élargir son champ d’activité à d’autres domaines non mentionnés dans le contrat.

Sachez qu’un locataire peut changer en tout ou en partie son activité. Dès lors, on parle de deux types de déspécialisations dont le premier est partiel et le second est plénier. Alors, comment procéder à la déspécialisation du bail commercial ?

La déspécialisation plénière permet au locataire d’exercer une ou des activités non précisées dans le contrat de bail dans des locaux.

Le locataire doit remplir certaines conditions pour réaliser la procédure. Le changement total de l’activité doit être prouvé par une nécessité ou une difficulté économique. Elle doit être relative à la rentabilité insuffisante de l’activité en cours. La nouvelle activité doit être adaptée au local.

Ainsi, le locataire doit adresser au bailleur une demande d’autorisation pouvant lui permettre de changer son d’activité. Vous pouvez faire cette demande par le biais d’un huissier de justice ou par lettre recommandée en précisant la nouvelle activité.

Le bailleur à un délai de 3 mois pour faire connaitre sa position. Une absence de réponse représente une acceptation. Il peut accepter la demande ou la refuser en justifiant sa décision. En cas de refus, le locataire peut saisir le tribunal de grande instance qui va confirmer le refus ou une acceptation du bailleur de façon conditionnelle. Si le refus n’est pas justifié par un motif valable, le tribunal peut autoriser le changement d’activité.

La déspécialisation partielle permet au locataire de compléter à son activité initiale avec une ou d’autres activités qui sont complémentaires et qui donne la possibilité de réaliser son activité principale.

Si vous voulez procéder à une déspécialisation partielle, la demande est adressée dans les mêmes conditions que celle de la déspécialisation plénière. Le bailleur dispose de 2 mois pour apporter une réponse à la demande. Notons qu’une absence vaut acceptation. Le propriétaire peut refuser ou accepter la demande. En cas de refus, les procédures de déspécialisation plénière et partielle sont les mêmes.

Pendant la procédure, le locataire peut renoncer à la demande et ce, quel que soit le moment. Il dispose d’un délai de 15 jours à partir de la date à laquelle la décision a été confirmée.

Le bail est cessible. Le commerçant peut léguer son bail à travers le remplacement par une autre activité qui sera réalisée par son successeur au moment d’un départ à la retraite ou d’une invalidité de travail. Cependant, cette nouvelle activité doit corresponde avec l’usage, la situation et les caractéristiques du local commercial.

Pour faire une demande de cession de déspécialisation, le locataire doit, par le biais d’un huissier de justice, notifier au bailleur sa volonté de céder son bail. Il faut mentionner la nature de l’activité qui sera exercée et le coût de la cession.

Le propriétaire a toujours un délai de deux mois pour répondre. L’absence de réponse vaut toujours acceptation. Il peut accepter la cession ou faire un rachat du bail. Il peut aussi contester le remplacement d’activité en saisissant le tribunal de grande instance.

local_offerevent_note décembre 13, 2018

account_box Anya